Dany Laferrière, écrivain né en Haïti et nouvel immortel de l’Académie française


HAUTE DISTINCTION : Il « remplacera » au fauteuil l’auteur d’origine argentine Hector Bianciotti, décédé en juin 2012

L’écrivain né en Haïti Dany Laferrière a été élu jeudi à l’Académie française au fauteuil de l’auteur d’origine argentine Hector Bianciotti, décédé en juin 2012, a annoncé l’institution dont les statuts n’imposent aucune condition de titre ni de nationalité.

Le nouvel immortel a été élu au fauteuil 2 au premier tour par 13 voix sur 23, a précisé l’Académie, fondée par Richelieu en 1635, chargée de veiller au respect de la langue française et d’en composer le dictionnaire.

Parmi les autres candidats à l’immortalité, un prétendant a surpris les vénérables qui lui ont accordé une voix: un lycéen de 15 ans, Arthur Pauly. « Imaginons, en faisant un grand effort, que je sois élu, je deviendrais immortel à 15 ans! Ne serait-ce pas merveilleux? » avait écrit le jeune Arthur, passionné de littérature, dans sa lettre de candidature, acceptée par les habits verts.

L’âge limite pour poser sa candidature sous la Coupole est depuis 2010 fixée à 75 ans. Mais il n’y a pas d’âge minimum.

Né à Port-au-Prince en Haïti le 13 avril 1953, Dany Laferrière, né Windsor Klébert Laferrière, est un grand intellectuel, écrivain et scénariste, qui vit entre Miami, Montréal et Port-au-Prince (d’ailleurs c’est à Port-au-Prince qu’il a vécu le tremblement de terre en 2010, et c’est à Port-au-Prince qu’il a reçu l’annonce de sa nomination à l’Académie Française en 2013). Son écriture privilégie le style autobiographique. Il a reçu le prix Médicis 2009 et le Grand Prix du livre de Montréal pour son roman « L’Enigme du retour », qui raconte son retour en Haïti, à la suite de la mort de son père, exilé lui-même dans les années 1960 par Papa Doc, le père de Jean-Claude Duvalier.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *