Comment Haïti a lutté contre le nazisme 8 commentaires


Dès l’arrivée d’Adolf Hitler à la tête de l’Allemagne, la majorité des intellectuels haïtiens, parmi lesquels Dantès Bellegarde et Jacques Roumain, condamnèrent le nazisme. L’État haïtien ne se contenta pas de désavouer l’Allemagne, mais définit des lignes d’actions beaucoup plus concrètes face au péril affronté par les Juifs.

En vue de faciliter leur immigration, le gouvernement haïtien accepta ces Juifs comme réfugiés politiques, puis les fit naturaliser dans les consulats haïtiens en vertu d’un décret-loi de naturalisation. Donc, Haïti, ce pays aujourd’hui très appauvri, était encore au temps de son prestige, et elle pouvait rester dans son rôle de terre de liberté et de libération. Un temps qui manque bien aux Haïtiens.

Sténio Vincent, alors président d’Haïti, a publié son décret spécial, adopté en vertu d’une habilitation législative le 29 mai 1939, octroyant la nationalité par contumace et la citoyenneté haïtienne in absentia aux réfugiés juifs d’Haïti. Il proposa d’établir un refuge pour 50 000 d’entre eux en Haïti, pour qu’ils s’échappent de l’Europe, notamment de l’Allemagne nazie.

L’État haïtien avait même proposé de mettre à la disposition des Juifs l’Île de la Gonâve (689,62 km2), à peine moins grande que l’île de la Martinique (1 128 km2). Mais le secrétaire d’État américain d’alors s’y opposa. Il se disait même prêt à accueillir un peu plus de Juifs allemands: mais le secrétaire d’État américain Cordell Hull, prix Nobel de la paix en 1945, ne voulut pas en entendre parler, pour des raisons qui restent encore aujourd’hui mystérieuses.

Les documents historiques sont désormais accessibles. Pour apprendre plus sur le sujet, je vous recommande le livre du docteur Joseph Junior Bernard, ce travailleur infatigable, passionné des relations d’Haïti avec les autres nations. Il avait pris le temps de faire paraître sous les presses de l’imprimerie Deschamps son essai intitulé « Histoire juive d’Haïti », au mois d’avril 2013.

Aussi, il y a ce recueil de textes d’étudiants juifs montréalais et haïtiens titré « L’un pour l’autre », écrit au lendemain du tremblement de terre dévastateur de 2010. Il rend hommage à ces deux peuples qui, chacun à sa façon, ont fait preuve d’humanité.

Il a été publié sous la direction de Maurice Chalom, par Les Éditions du CIDIHCA (Centre International de Documentation et d’Information Haïtienne Caribéenne et Afro-canadienne) situé au Québec et dirigé par Frantz Voltaire, en collaboration avec la ville de Montréal, le gouvernement du Canada et le Conseil des Arts du Canada.

Crédits image: CIDIHCA. Et Informations: Frantz Voltaire, Roland Paret, Dr. Joseph Junior Bernard, Radio Canada International RCI

Thélyson Orélien
Le Huffington Post Québec

Juifs : Une histoire haïtienne


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 commentaires sur “Comment Haïti a lutté contre le nazisme

  • roland mesidor

    Haiti, mon beau pays , je me suis dans tous mes veines , la fierte d’ etre ton fils est infiniment superieur de tout les nations du monde !!!! Oui d’accord , is ne voulaient pas que nous sommes ce que nous devrions etre !!!!! Helas ! C’ est dommage.

  • Bernard Dumornay

    La valeur morale d’Haïti est inégalable à travers le monde Malheureusement les juifs sont en train de faire encore pire aux palestiniens maintenant Il faudrait que Haïti mette la Gonave a la disposition des palestiniens maintenant

  • Dr Jacques-Raphaël Georges

    L’histoire des amours haïennes et juives remontent bien en l’année 1492 quand, sommés de partir ou de se convertir au Catholicisme par les couronnes d’Aragon et de Castille, des Juifs s’embarquèrent sur les « caravelles de Colomb » à destination de Quisquéya. Je donnerais une portion de mon coeur pour voir reprendre cette lune de miel! Haïti doit chercher et trouver ses vrais amis. Qu’importe la distance!!!

  • Wadley LABADY

    Helas, nos jours ont mal tournés nous ne devrions pas dans cette état misérable, malgré tout nous resterons un modèle pour le monde entier…Je suis fier d’être Haïtien!

  • Samuel JEAN

    Haïti, le premier pays donnant la leçon de droit de l’homme et de la liberté générale aux yeux de l’humanité. Il l’a toujours voulu et il le veut encore : que l’homme soit libre et vivre de sa liberté. Depuis le temps de l’esclavage colonial jusqu’à l’esclavage moderne, Haïti manifeste sa solidarité à tous ceux qui veulent s’échapper des forces d’oppression.
    Partout dans le monde, ce grand pays appauvri de la Caraïbe a prouvé sa collaboration pour le bien être de l’humain. Alors, Que ce soit les Arabes, les Juifs, les Latino-Américains, ect…en quoi ils se sont penchés véritablement vis-à-vis de cette Haïti actuelle.
    « Pour mieux comprendre le présent il faut s’en servir du passé. »