Haïti-Insécurité: Willems Edouard a été assassiné ce matin, une victime de trop !


clankurukae6ayo

Je viens d’apprendre une nouvelle triste et tragique ce matin. Deux hommes à moto auraient attaqué mon ami Willems Edouard, à l’angle de la rue Gabart et Rébecca avant de lui tirer dessus. Celui qui représente la voix de la défense des droits d’auteur en Haïti, est mort sur le coup.

Gisant dans son sang après plusieurs minutes, le corps de Willems a été conduit à la morgue après verbalisation de juge de paix accompagné des agents de la police.

couverture_wedouard_final1Méticuleux et très responsable, Willems Edouard animait conjointement la rubrique Angle droit dans la Plateforme Web-participative Haïtienne ouverte au monde Parole En Archipel que j’ai créé depuis 2008, et le journal Le National depuis plusieurs mois. Poète et ex-directeur général des Presses Nationales d’Haïti, Willems Edouard est l’auteur du recueil de textes «Plaies intérimaires», paru en 2004 chez Mémoire d’Encrier. 

C’est avec respect que je m’incline devant la dépouille de cet homme de grande culture qui a participé à la formation de plusieurs générations de jeunes Haïtiens.

Les bandits et les criminels qui font la pluie et le beau temps depuis quelques mois dans le pays font déjà bon nombre de victimes. Au su et au vu des autorités policières sensées d’assurer la sécurité des vies et des biens.

De jeunes intellectuels haïtiens ont été assassiné, parmi ceux que je 1connais, je peux citer : Robert Anglade, Jean Marie Fritz Henry (dit Tatache), Joseph René Misère, David Dumé, Lyonel Prévilon, François Gérald, Jean Louis Placide, Denel Toussaint, Ernst Louis, Stéphane Bruno, Aspil Pierre Louis Roc… la liste de ces citoyens tombés sous les balles assassines durant les quatre derniers mois (de mars à juin) est très longue. Le dernier assassinat, jusqu’à date, est celui de Willems Edouard lâchement abattu ce vendredi 8 juillet 2016 à la rue Gabart à Pétion-Ville. Haïti a donc perdu une compétence incontestée et incontestable.

Ce fut le seul spécialiste haïtien en matière de politique de Droits d’Auteur. Licencié à la Faculté de Droit et des Sciences Économiques (FDSE) et détenteur d’un Diplômes d’études supérieures spécialisées (DESS) en management culturel (Paris-III Sorbonne Nouvelle/FIC), Willems Edouard, après sept années passées aux Presses Nationales, fut avocat et consultant auprès du Bureau haïtien du Droit d’Auteur.

La question que je me pose: Les Haïtiens vivent-ils une situation d’insécurité généralisée ou de criminalité organisée ces derniers mois ?

Lire quelques lignes de Plaies intérimaires de Willems Edouard

Une cascade tamtame des hommages
Boucan célèbre un corps diamanté d’infinies gouttelettes joaillières

Tout le printemps du monde contredanse
sous la joliesse des feuillages
et les parois des falaises fastes d’aise
les berges en enfance dérivent sur
ces eaux abordant tes merveilles d’un autre monde
voici qu’un kata de clapotis psalmodie
mes joies moites
mon sang froissé
mes gestes pubères
et mon silence vociférant

En cet après-midi de soleil nègre
mon cœur arrête de zapper
il y a échouage
deux cœurs s’archipellent dans un paradis d’occasion

© Plaies intérimaires — éditions Mémoire d’encrier (Montréal, 2004), pages 13 et 14.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *