Traduire Wikipédia en créole? Il y a d’autres défis pour un ministre de l’Éducation en Haïti


Monsieur Nesmy Manigat,

Le 21 février 2015, était à la fois une journée de deuil national pour chaque Haïtien et la journée internationale de la langue maternelle sous le thème « L’éducation inclusive grâce aux langues – les langues comptent ». En ce jour, j’attendais de la classe dirigeante haïtienne quelque chose qui dégagerait une politique éducative et linguistique consistante, élaborée entre le dire et le faire. Mais en lisant votre annonce dans HPN-Haïti, je me suis posé la question, à savoir: quand est-ce que le politicien haïtien cessera-t-il de faire violence à l’intelligence de sa population ?

Je vous cite :

« Le ministère de l’Éducation nationale va formellement mandater l’Académie du créole haïtien (ACH) et la Faculté linguistique appliquée (FLA), afin de procéder à la traduction de Wikipédia, cette encyclopédie internationale en créole. Un financement sera disponible pour ce projet ».

Monsieur le ministre, Wikipédia c’est déjà plus de 4 675 000 articles en anglais, 1 573 000 articles en français, 1 145 000 articles en espagnol sans compter les autres langues, en activité depuis 14 ans. Je ne sais pas combien cette initiative va coûter à l’État haïtien, et je ne dis pas non plus qu’elle est mauvaise, mais avez-vous réellement l’intention d’investir l’argent des pauvres contribuables haïtiens dans un projet qui est loin d’être leur nécessité en ce moment ?

Je ne vois pas la priorité, à l’heure des contraintes budgétaires de votre gouvernement qui se traduisent par des irrégularités démocratiques : une législation inadéquate, des normes et des pratiques sociales défavorables, des capacités organisationnelles faibles, un investissement public et une gestion très limitées de votre ministère. Sans parler des crises récurrentes telles que les désastres naturels dont vous êtes incapables de faire une bonne gestion, notamment le séisme du 12 janvier 2010 (5 ans après, des gens sont encore sous des tentes).

Dans un pays déjà très appauvri, j’ai comme l’impression que vous voulez faire trop et finalement rien, en annonçant au hasard et sans discernement des projets accessoires. En ce moment précis, vous devez mettre la pédale douce. Je ne dis pas de réduire les dépenses (pas d’austérité, s’il vous plaît), mais d’en ralentir dans la moindre des choses, afin de lancer la croissance de ce pays une bonne fois pour toutes, par une saine gestion.

Pire encore, il semblerait que vous n’avez personne dans votre entourage pour vous informer que la version de « Wikipédia en créole haïtien » existe déjà. Allons faire un petit tour ici. Pourquoi ne vous occupez-vous pas davantage des vrais enjeux et des énormes défis de votre ministère? Tels que : l’illettrisme qui touche près de la moitié de la population, l’offre et l’accès à l’éducation publique (seuls 20% de l’offre éducative vient de l’État), la qualification des maîtres et le décrochage scolaire qui constituent des handicaps majeurs pour le système éducatif haïtien. Les gens en ont marre de vos projets simplistes.

Cette volonté de traduire tout et n’importe quoi me paraît inintelligente, quand on sait que Wikipédia, cette encyclopédie universelle et multilingue (287 langues) est de nature bénévole, ce qui sous-entend que le travail se fait depuis toujours sans obligation et gratuitement à partir de la participation de tout le monde. Qui plus est, l’édition de Wikipédia en créole haïtien (Wikipedya Ayisyen) a été fondée depuis août 2004, il y a 11 ans de cela. Elle compte aujourd’hui quelque 52 925 articles et 13 061 utilisateurs enregistrés. C’est l’une des rares versions de Wikipédia à être rédigée en langue haïtienne. Pourquoi projeter quelque chose qui existe déjà cher ministre ?

En plein 21e siècle les principaux défis à relever dans l’immédiat pour un ministre de l’Éducation en Haïti, avec le maigre budget dont il dispose (autour de 10% du budget annuel en moyenne), à mon avis, devraient être de préférence : de garantir l’accès équitable à une éducation de qualité aux enfants les plus vulnérables, l’amélioration du niveau des services éducatifs, l’égalité des chances entre filles et garçons, le renforcement du secteur de la petite enfance, le renforcement des structures de gouvernance et de régulation du système éducatif. Parce que, voyez-vous cher ministre, si nous continuons à perpétuer les mêmes comédies, nous ne pouvons pas espérer des résultats différents.

Thélyson Orélien

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *