Port-au-Prince cristal fragmenté


La mort,
tel un faucon plane.
Elle guette ses proies,
de tout son poids.

Port-au-Prince
cristal fragmenté
Se réveille chaque jour
pleurant un fils
un inconnu abattu par la nuit.

Par un pistolet.
Par une,
par deux,
par trois cartouches froids
comme les yeux de leurs porteurs.

Ont pénétré dans la maison
semant le deuil.
Sont repartis calmes.
Sont repartis avec sécurité.
Laissant un concert de mouches.
Vacarme de micros.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *