SILQ | Un programme alléchant pour les bouquineurs

Étiquettes
15 avril 2012

SILQ | Un programme alléchant pour les bouquineurs

3_1

L’édition 2012 du Salon international du livre de Québec (SILQ) du 11 au 15 avril promet beaucoup. Cette année les amoureux de la littérature et de la lecture ont répondu à l’appel Centre des Congrès de Québec afin de replonger dans un monde de livres, de participer à des rencontres avec certains auteurs, à des séances de dédicaces, de conférences, d’animations et faire la découverte des nouveaux titres. Nathan Murray de Impact Campus, juge que le programme a été bien alléchant pour les bouquineurs.

Les écrivains haïtiens : Myrtelle Devilmé, Makenzy Orcel, Rodney Saint-Éloi, Verly Dabel, Emmelie Prophète, Gary Klang, Joël Des Rosiers, Michel Soukar, Louis-Philippe Dalembert et Dany Laferrière ont été au rendez-vous sur le plancher du Salon International du Livre, très émouvants dans une ambiance festive pour signer leurs titres aux amoureux du livre, venant de différents horizons, dans une espace dénommée : Espace de la diversité.

En passant, la ville de Québec est une ville construite avec un sens de l’imaginaire et son salon du livre en est un à taille humaine où l’on se sent bien pour les rencontres.

Dans cette ambiance de bruits du monde, la voix de la jeunesse trop souvent mise en quarantaine et parfois même négligée a été conviée par l’écrivain Dany Laférrière, porte-parole et président d’honneur pour une troisième fois de suite. Il a aussi cité ces mots : «Pour les jeunes, un livre doit être vu, touché, aimé, bousculé même; ça va être difficile de faire ça avec les tablettes électroniques. Il ne faut pas laissé arriver aux livres ce qui est arrivé avec les animaux, des jeunes qui n’ont jamais vu un âne de leur vie, on veut que les jeunes voient des livres.»

Le lauréat du Prix Médicis a profité de l’évènement pour fêter ses 59 ans, en recevant le titre d’Officier de l’Ordre des Arts et des Lettres du Consulat Général de France à Québec. Nous avons aussi remarqué  Georges Laraque, un enfant d’Haiti, ancien joueur de Hockey des Canadiens de Montréal qui signait son autobiographie intitulée «La force d’y croire».

Heureux et fier que la littérature haïtienne prenne beaucoup de place dans le monde entier, l’auteur de «L’énigme du retour» a ajouté que : «Sans cette littérature qui nous vient du tiers-monde, la littérature se rétrécirait comme une peau de chagrin».

Bien entendu, le Salon International du livre de Québec a été accompagné d’une foule d’activités culturelles et littéraires, qui a contribué à son dynamisme et à son rayonnement en recevant notamment une délégation de neuf écrivains catalans – nation à l’honneur – et en laissant une grande place aux auteurs haïtiens et amérindiens.

Quatre expositions ont été présentées au Centre des Congrès sous les thèmes ainsi mentionnés : «Matshinanu – Nomades, Les légendes du Québec, hommage à Jean-Claude Dupont, Portrait de famille et Dimitri Kasan, l’aventure Marabout à Québec». À cela s’ajoutent les traditionnelles tables rondes – dont « Qu’est-ce qui vous indigne le plus ? » avec Dany Laferrière et « Avez-vous foi en l’avenir du Québec ? » avec Jean-François Lisée – sans oublier les neufs spectacles littéraires de « Québec la Muse » – comprenant notamment un hommage au poète Saint-Denys Garneau.

Plusieurs prix littéraires ont été remis, afin de récompenser l’excellence et la relève littéraire québécoise ou d’ailleurs.-

Thélyson Orélien

Partagez

Commentaires