Le prochain pape devrait être plus jeune

Étiquettes
15 février 2013

Le prochain pape devrait être plus jeune

Le pape Benoît XVIPHOTO AFP
Le pape Benoît XVI / PHOTO AFP

Les cardinaux étaient tous dans la Cité du Vatican le 11 Février dernier, ils ont pensé qu’ils allaient se réunir dans la salle du Consistoire afin d’entendre parler de canonisations imminentes; au contraire, ils ont été abasourdi par l’annonce du pape Benoît XVI à propos de sa démission à la papauté à partir du 28 février.

L’ancien cardinal Joseph Ratzinger est devenu le chef du Saint-Siège le 19 Avril 2005, il est le premier pape à démissionner depuis Grégoire XII en 1415 afin de mettre un terme au Grand Schisme d’Occident. Crise pontificale qui touche le catholicisme au tournant des XIVe et XVe siècles (1378 – 1417), divisant pendant quarante ans la chrétienté catholique en deux obédiences.

Une autre démission remarquable a eu lieu en 1294, lorsque Célestin V, en réponse à sa propre inadéquation des charges politiques et financières de la papauté, a publié un décret autorisant le pape à démissionner. Le motif du pontife actuel : c’est qu’il n’a plus les forces de l’esprit et du corps nécessaires pour l’exercice adéquat du ministère pétrinien.

La démission du Pape ouvre la porte à un ministère vacant, mais comme le pontife n’est pas mort, c’est le bureau du Collège des Cardinaux qui choisira en toute légitimité le successeur de Benoît XVI, il n’aura pas à tenir son élection dans l’intervalle habituel compris entre 15 et 28 jours, le conclave pourrait en théorie avoir lieu très peu de temps après la date butoir du 28 Février, mais en tout cas le cardinal supérieur prendra le relais du pape en fonction jusqu’à l’élection.

Après sa démission Benoît XVI ne jouera plus aucun rôle dans l’Église. Il va probablement se consacrer à l’étude ? Au repos ? Son héritage, néanmoins, sera presque bouleversé. Il a été élu après un discours très conservateur à l’élection du conclave en 2005, comme pape, il a déménagé contre les éléments libéraux de l’Église, et a également mis les freins sur l’œcuménisme, mouvement visant à rassembler les Églises chrétiennes en une seule.

Beaucoup plus controversé, cependant, à la tête du corps qui maintient la discipline parmi les prêtres, il a, sur le témoignage de certaines lettres présentées devant les tribunaux américains, entrepris au nom de l’Église de demander pardon pour les abus sexuels de mineurs perpétrés par des prêtres catholiques. Sur d’autres questions, il s’est opposé à la contraception, y compris l’utilisation du préservatif pour prévenir la transmission du VIH dans le mariage, l’avortement en toutes circonstances, et la fécondation in vitro.

Quant à son successeur, l’idée gagne du terrain que le prochain pape devrait être africain ou latino-américain, mais le vote pourrait bien être influencé par le fait que la moitié du Collège des Cardinaux est européen, même si la majeure partie des pratiquants, parmi le 1.1 milliard de catholiques, vivent dans les pays en voie de développement.

En tout cas, beaucoup du Collège ont été nommé par Benoît XVI lui-même, ainsi l’Église de Rome est peu probable de voir des changements rapides au point de vue doctrinal. Cela dit, mais le prochain pape, aux yeux de la plupart des catholiques, devrait être plus jeune, et devrait être un meilleur communicateur ou quelqu’un capable de répondre aux défis moraux et œcuménique posés par la mondialisation.

Thélyson Orélien

Montréal, le 15 Février 2013

Partagez

Commentaires